• Nederlands
  • Français
TO READ
  • LA FEMME DU MÉDECINLA FEMME DU MÉDECIN
    Devenir médecin dans un petit village en France. Ca commençait à bouillir toute de suite dans les cerveaux de Monica. Ils pourraient commencer leur vie avec une table rase. Personne sera au courant de tout leur misère et les sanctions que Alexandre avait eu en Suisse. Monica était convaincu que …

La femme du médecin

UNE FÊTE « CHAUDE »

 ‘Monica, peux-tu m’envoyer les derniers dossiers du greffier par mail?’ Juge Vollenbicht contactait sa secrétaire via interphone.

-‘Oui bien sûr, tout de suite Herr Vollenbicht’, disait Monica en cliquant immédiatement sur les dossiers. Puis elle retourna sur le courrier qu’elle était en train de trier et classer. Monica était trés à l’aise dans son rôle de secrétaire et assistante privée de Juge Vollenbicht. Elle travaillait déjà depuis cinq ans pour lui et elle s’y plaisait beaucoup. Le juge était un homme important. Il était beau et grand, avec des cheveux gris. Il ressemblait un peu à Richard Gere. Juste un peu plus âgé et plus grand. Juge Vollenbicht était marié et vivait avec son épouse dans la même maison mais chacun à son étage. Sa femme avait eu un accident cérébral il y avait déjà six ans. Elle était lourdement handicapée et elle ne pouvait pratiquement plus parler. Les mots sortaient difficilement de sa bouche. Son vocabulaire était réduit au minimum . Son côté droit était entièrement paralysé donc elle ne pouvait pas marcher et n’avait plus l’usage de sa main droite. Le juge aimait sa femme passionnément et avait décidé que malgré les soins qu’elle nécéssitait, elle pouvait rester à domicile. C’était une organisation complexe. Un assistant médical vivait dans la maison et était responsable pour les soins jour et nuit. C’était triste de voir qu’un couple si proche et heureux s’éloignait de plus en plus. Marie Thérèse ne pouvait que taper avec sa main gauche en guise de dialogue avec le monde. Mais au fur et à mesure les mots devenaient plus basiques, tout ce qu’elle voulait dire était simplifié. Aujourd’hui elle ne communiquait que sur les choses du quotidien: ce qu’elle voulait manger, les habits qu’elle voulait porter et comment elle se sentait. Sur ses moments lucides, on pouvait voir ses yeux briller d’amour pour son mari mais elle vivait seule intérieurement. Monica organisait tout. Elle s’occupait de l’équipe soignante de Marie Thérèse et prenait les rendez-vous avec les médecins et les infirmiers. Elle tenait même un agenda avec des activités divers. Mme Vollenbicht recevait 3 fois par semaine minimum une amie ou un membre de la famille et elle visitait un musée ou un site culturel. Les aides soignants accompagnaient Marie Thérèse dans sa chaise roulante se promener dans des parcs et chez le coiffeur. Malade mais très bien soignée, Marie Thérèse achevait tranquillement sa vie dans sa chaise roulante avec Monica comme gérante de sa maison, son ménage et la vie professionnelle de son mari. Monica avait déjà rêvé de prendre la place de Marie Thérèse. Elle adorait le juge. Mais Hanz, en dehors de son emploi du temps, n’avait jamais montré un intérêt autre que le travail et la coopération. Il l’estimait plutôt comme sa fille ou amie de la famille. Elle n’avait jamais perçu un désir sexuel ou une envie dans ses yeux. Monica aurait voulu avoir des enfants, l’homme de sa vie devait être plus jeune que le juge et il devait avoir l’envie de fonder une petite famille. Pourtant, Monica adorait son travail d’assistante du juge. Il y avait des dîners chics, des congrés et des séminaires. Partout où elle allait avec le Juge Vollenbicht, les portes s’ouvraient tout simplement. Il avait de la classe et un rang social élevé. Monica aimait ce style de vie donc elle avait décidé que son futur mari devrait être un peu plus âgé qu’elle et qu’il devrait avoir un rôle important dans la société. Elle exigeait qu’il devait être bon vivant, sérieux et sexy. Sans oublier qu’il devrait bien gagner sa vie pour lui garantir une bonne qualité de vie. Le juge connaissant parfaitement Monica et était conscient de ses désirs.

 

TO EAT
  • LA POMPE À HUILELA POMPE À HUILE
    500 gr de farine 100 gr de sucre 100 gr d’huile d’olive (ou 125 ml) de l’eau 1/2 cuillère à soupe d’eau de fleur d’oranger 40 gr de levure de boulanger 1 jaune d’œuf pour dorer Mélanger la levure fondue dans un demi verre d’eau chaude avec 5 grosses cuillères …